Crédit à la consommation : les bonnes infos avant de contracter

credit

Trouver les financements pour des projets personnels n’est pas toujours évident. Entre les charges fixes et les petites dépenses dont vous devez vous acquitter, il est vite certain que le français lambda ne peut espérer réaliser ses objectifs avant plusieurs années. Le crédit à la consommation se présente comme une main secourable pour accélérer le processus.

Qu’est-ce que le crédit à la consommation ?

Le crédit à la consommation est un prêt dont le particulier peut bénéficier grâce à l’appui d’une banque, ou des organismes de crédit. Ce type de prêt peut être demandé par le biais d’un intermédiaire, mais peut tout aussi bien être sollicité directement auprès des établissements financiers spécialisés. En contractant cette dette, l’emprunteur valide son engagement à rembourser le montant avancé, majoré d’un pourcentage représentant l’intérêt demandé par le créancier.

Doit-on justifier son utilisation ?

Le prêt à la consommation peut servir au financement de nombreux projets. Il peut prendre la forme d’un crédit non affecté, ce qui permet à l’emprunteur de l’utiliser à sa guise. Cette option est souvent retenue, et les emprunteurs souhaitant en savoir plus sur le prêt personnel sans justificatif sont de plus en plus nombreux. Cette somme pourra, par la suite, financer des vacances, l’achat d’une voiture, l’actualisation du logement et des équipements, ou tout simplement pour se faire plaisir.

Qu’en est-il du crédit affecté ?

Le crédit de consommation peut aussi prendre la forme d’un crédit affecté. Cette seconde alternative est plus règlementée, car le particulier est dans l’obligation de présenter une raison justifiant le montant demandé. Celui-ci devra alors être uniquement dédié au projet annoncé, et ne pourra être détourné pour d’autres besoins. Le crédit de consommation affecté est généralement discuté auprès des organismes ayant un lien avec le vendeur.

Et le crédit gratuit, c’est quoi ?

Le crédit gratuit est une forme de crédit à la consommation qui offre la possibilité de payer des achats en une ou plusieurs fois, sans que le montant ne soit majoré. Il est proposé directement par les vendeurs, mais est généralement géré par des établissements financiers partenaires, et est accessible à tous les particuliers ayant des projets d’achat conséquents. Ce type de crédit est souvent proposé pour les immobilisations et les voitures.

L’emprunteur est-il protégé ?

Comme toute autre forme de crédit, le prêt à la consommation est régi par les termes du Code de la Consommation. Ce dernier détermine les règles du contrat, depuis son contenu jusqu’à sa conclusion. La loi Lagarde en date du 1er juillet 2010 améliore les termes de ce code. La protection de l’emprunteur lui accorde un délai de réflexion, ainsi que le droit de se rétracter sur une période donnée. Le Code de la Consommation régule aussi les modalités et le droit de remboursement anticipé.

Où et comment demander un crédit de consommation ?

Le crédit à la consommation peut être contracté auprès de votre banque, ou d’un organisme spécialisé. L’introduction écrite de la demande est une étape obligatoire, et permet aux banquiers d’étudier votre demande dans les meilleurs délais. Le choix de l’établissement n’est pas limité, et des comparateurs en ligne peuvent aisément vous renseigner sur les organismes de prêt offrant les meilleures conditions pour ce type de crédit.

L’avenir économique du conditionnement à façon

business

Depuis les années 90, l’industrie de conditionnement à façon ne cesse d’évoluer, offrant constamment de l’innovation sur les contenants. Face à un marché en constante évolution en fonction des secteurs, le conditionnement à façon a trouvé un chemin de développement particulier, la délocalisation. Dans le contexte d’une économie varié dans le monde, c’est en effet le moyen le plus rentable dans ce secteur d’investissement.

Une spécialité externalisée

La raison de cette délocalisation est avant tout une question de spécialisation. En effet, les différents secteurs sont de plus en plus exigeants en plus de la hausse graduelle des demandes. En misant sur la délocalisation, les industries du conditionnement bénéficient d’une redistribution plus rentable et efficace. En même temps la délocalisation est une condition obligatoire pour le développement de l’entreprise du conditionnement, car ce sont justement les secteurs clients qui externalisent leur demande. Les acteurs dans le domaine du conditionnement sont donc dans l’obligation de suivre cette tendance tout en obtenant des avantages considérables, mais sans risque.

Les risques de la délocalisation

Bien qu’offrant les avantages du développement, la délocalisation présente des risques à ne pas négliger pour tout secteur. Le plus marquant est la possibilité d’une perte des activités en raison des différences culturelles ou le manque de supervision. Dans le même contexte, le risque d’une perte de qualité est également envisageable ce qui pourrait pénaliser grandement la société surtout si la spécialité concerne un secteur très exigeant à l’image de la médecine ou de la pharmacie. On peut également considérer le risque d’un retard sur les délais contractuels en raison d’une complexité de la situation géographie ou logistique. Néanmoins, tout métier comporte des risques, mais la question est de savoir les évaluer pour établir des plans d’action permettant de les anticiper.

Les secteurs les plus externalisés pour le conditionnement

L’agroalimentaire est actuellement le secteur le plus externalisé pour une part de 43 % des activités totales. Vient en deuxième place le secteur de la pharmacie qui présente une part de 39 % d’activité externalisée selon les études du marché. En troisième place on trouve le cosmétique pour 36 % des parts d’activité. D’autres secteurs se trouvent dans ce circuit, mais avec des parts d’activité minimes.

Focus sur les cryptomonnaies

bitcoin

Le développement d’internet a permis l’invention de nombreux programme et protocole de communication. L’un des plus marquants est sûrement les monnaies virtuelles ou communément appelées cryptomonnaies. Ce sont en effet des fichiers cryptés pour pouvoir être transférés en peer to peer sur un réseau informatique sans perdre leurs authenticités. Le cryptage est tellement efficace que la valeur des monnaies est infalsifiable.

Les cryptomonaies les plus populaires

Le Bitcoin est sans conteste le plus connu. C’est en effet la toute première cryptomonnaie lancée sur le marché depuis 2009. Il est connu sous designer par le symbole Ƀ ou BTC sur le marché. En 2015, l’Ethereum a été lancé en amélioration du Bitcoin, utilisant un protocole plus rapide sur la distribution et des valeurs. L’Ether qui est l’unité monétaire de l’Ethereum est symbolisé par Ξ ou ETH. Entre-temps, de nombreuses cryptomonnaies ont vu le jour, mais n’ont pas atteint un degré de popularité palpable (Litecoin, Omni, etc.). En fin 2016, le Bitconnect a été inventé et lancé sur le marché en début 2017. C’est la toute nouvelle cryptomonnaies basée sur l’échange du Bitcoin. Il est désigné par le symbole BCC. Sa popularité vient de son intérêt de transaction très élevé. Il dispose également d’une interface d’échange libre, ce qui accentue encore plus sa renommée.

Les cours des monnaies virtuelles

Il faut savoir que les cryptomonnaies sont très volatiles. On ne peut pas vraiment attribuer un cours absolue aux unités en utilisation. Les valeurs sont très changeantes.

Le cours de l’Ether au lancement était équivalent à 10 €, en 2016. La valeur a pris une hausse moyenne depuis, puisqu’actuellement en 2017, 1 Ether est égal à 247 € pour une capitalisation de 2 milliards d’euros. L’Ether est sûrement le jeton virtuel le plus contrôlé, car même actuellement, l’Ethereum ne génère pas de nouvelle monnaie. La création de nouvel ether s’effectue par « minage » du bloc d’origine tout en gardant la traçabilité sur le blockchain.

Le Bitconnect coin présenta une valeur de 0,12 € environ à son lancement en début janvier 2017. Actuellement, 1 BBC est équivalent à 513 € environ pour un capital de 9milliard d’euro. C’est en effet la cryptomonnaie la plus en vogue en ce moment et la plus libre. Il est normal que son cours ait connue la meilleure hausse en quelques mois. Sa valeur ne cesse d’augmenter, à tel point que les investisseurs commencent à se poser des questions sur les causes de cette inflation.

En savoir plus en consultant cet article: Bitconnect avis d’un investisseur